Les articles d'ExpertMaritime.pro


Bateau d'Occasion : Que faire après l'expertise ?

Vous avez passé des mois, peut-être des années à rechercher votre bateau idéal en occasion.
Le grand jour arrive enfin où vous pensez l’avoir trouvé. Vous avez fait une offre, qui a été acceptée. Le bateau a été expertisé, et vous avez maintenant le rapport d’expertise entre les mains.
Un seul problème : Le bateau avait l’air super quand vous avez fait une offre, mais le rapport d’expertise ne confirme pas vraiment votre première impression.

Le bateau de vos rêves a quelques problèmes. Pas le genre de problèmes qui se retrouvent toujours sur la liste des petites choses à faire, mais plutôt un ou deux problèmes sérieux, du genre à vous faire chercher un autre bateau.

Peut-être un gros problème de moteur, ou alors deux ou trois problèmes moins graves, que vous auriez pu gérer si ils étaient survenus séparément, mais dont la combinaison représente beaucoup plus que la limite que vous vous étiez fixée.

C’est un dilemme assez fréquent, auquel vous devez vous préparer avant de faire une offre.

En effet, même pour un bateau d’occasion dont l’aspect extérieur vous fait penser qu’il est en bon état, il y a de (très) fortes chances pour que l’on découvre des problèmes plus ou moins cachés (volontairement ou non).

Nous avons rencontré ce problème à plusieurs reprises : Un acheteur exigeant a décidé qu’il achèterait un bateau d’occasion en parfait état, et qu’il serait intransigeant à ce sujet. De plus, il est prêt à voyager par monts et par vaux pour trouver sa perle rare.

Le problème survient quand le premier, puis le deuxième bateau ont été recalés lors de l’expertise. Le rapport de l’expert maritime a montré que l’état du bateau, qui semblait parfait, était en fait en dessous des attentes de l’acheteur.
Il y a des problèmes, mais cet acheteur ne veut AUCUN problème.
Pourtant cet acheteur a maintenant un autre problème : il a déjà passé du temps et dépensé pas mal d’argent pour trouver le bateau de ses rêves, et se retrouve sur la case départ. Ses coûts de prospection sont en train d’exploser son budget, et il commence à ressentir une certaine frustration.

Alors, que doit faire l’acheteur dans ce cas ?

Il y a certaines réalités qu’un acheteur de bateau d’occasion doit garder à l’esprit, de façon à pouvoir replacer chaque problème dans sa perspective propre :

- Les propriétaires de bateaux vendent leur bateau pour différentes raisons. La raison la plus courante est que, pour l’une ou l’autre raison, ils n’ont plus les moyens de garder leur bateau, ou d’assurer son entretien à un niveau correct.
La plupart du temps, cela signifie simplement qu’ils ont un problème d’argent. Il est donc temps de vendre. Traduction : pour un grand pourcentage des bateaux d’occasion, l’entretien a été remis "à plus tard".
Ce qui signifie que peu importe le bon état apparent du bateau, le rapport d'expertise va forcément générer une liste de problèmes.

Si l'acheteur n'est pas préparé à affronter cette réalité, il ferait probablement mieux de s'orienter vers l'achat d'un bateau neuf, plutôt que d'acheter un bateau d'occasion.

- considérer le problème sous l'angle du coût. Le prix d'un bateau d'occasion est largement inférieur au prix d'un bateau neuf. La différence s'appelle la dépréciation (cf.vétusté).
Si le prix d'achat est de 200.000 €, et que le prix de revente actuel est de 130.000 €, cela fait 70.000 € de dépréciation que l'acheteur ne paiera pas.

- comme pour tout véhicule, certains éléments sont soumis au vieillissement ou à l'usure. Ce qui est usé doit être réparé ou remplacé. C'est le fondement même de la dépréciation, et ce qui explique pourquoi l'acheteur ne paiera pas le prix du neuf.
Bien sûr, cela inclut aussi le fait de ne plus jouir de la garantie, ni de l'aspect du neuf etc., mais cela englobe surtout des postes comme les entretiens différés ou non réalisés par le propriétaire.

- Maintenant vous voyez que quand vous achetez un bateau, le prix négocié ne sera pas le prix que vous paierez au final. De même vous ne pourrez pas juste signer le chèque et larguer les amarres. Il y a un temps de préparation qui inclut l'armement et la résolution des 1001 problèmes inhérents à la plupart des bateaux d'occasion. Même les acheteurs impulsifs finissent par se rendre compte qu'il peut s'écouler de l'eau sous les pontons entre la signature du chèque et les premiers barbecues sur la plage arrière, en rade de St-Trop (ou de Cherbourg). Ceci peut également se vérifier avec les bateaux neufs, d'ailleurs.

Avant de fendre les flots, il restera pas mal de boulot et d'argent à dépenser.

Droit au but maintenant, regarder les choses en face facilitera vos choix :

- plus de 90% des bateaux vendus chaque année sont des bateaux d'occasion. Il y a une bonne raison à cela : un bateau d'occasion représente un très bon rapport qualité / prix.
- premièrement, peu importe le bon aspect du bateau, attendez-vous à quelques déceptions. Ces réalités qu'il faudra gérer sont la contrepartie à accepter pour ce très bon rapport qualité / prix.

La chose la plus importante que vous puissiez faire est de réaliser que la recherche d'une "occasion en or", sans aucun problème, n'est pas la meilleure approche. "Mieux vaut le mal connu, que le bien inconnu."

Il est très possible que vous ayez fini par sélectionner trois bateaux qui vous plaisent et semblent intéressants, et que les rapports d'expertise sur ces trois bateaux soient finalement à peu près les mêmes. Et alors, quoi ??
Vous risquez de vous sentir déçu, voire un tantinet frustré. En tous cas plus léger du portefeuille, déjà.

Alors prenons un cas concret. Disons que vous avez trouvé ce qui vous semble le bateau idéal, mais l'expertise relève un certain nombre de problèmes, qui vous paraissent rédhibitoires : le groupe électrogène est mort et doit être remplacé. Et en plus, il y a un panneau de pont qui est fissuré et présente un problème de fuite. Le propriétaire a voulu ignorer le problème, et ce problème revient maintenant le hanter. Et vous hanter.

En supposant que ce bateau corresponde à ce que vous recherchez, le grande question est maintenant de savoir si le suivant sur votre liste ne risque pas de présenter plus ou moins les mêmes problèmes !

Si l'on y réfléchit :

- tous les bateaux du même âge, marque ou modèle sont suceptibles de présenter des problèmes similaires.
- des types similaires de problèmes sur la propulsion ou les autres équipements tendent à se produire aux mêmes intervales de temps sur la durée de vie d'un bateau. Un peu comme les freins, le pot d'échappement, les amortisseurs, l'embrayage etc. sur une voiture, tendent à lâcher à des intervalles similaires, indépendamment de la marque ou du modèle (avec des nuances, bien sûr).

La question évolue et devient :

Faut-il écarter ce bateau et passer au suivant sur votre liste ? Ou devriez-vous essayer de résoudre les problèmes en négociant le prix ou en demandant la réparation ?
Pensez aussi que pour voir ce bateau et le faire expertiser, vous avez déjà dépensé 2000 € en frais de déplacement et d'expertise. Multipliez par le nombre de tentatives déçues et le budget "recherche" explose !

Il faut penser à cela AVANT de faire une offre. Pensez-y et faites-vous une idée générale de ce que vous êtes prêt à accepter :
- Quel budget de frais de déplacement, de temps, et d'expertise êtes-vous prêt à accepter pour trouver un autre bateau avec moins de problèmes ?
- Que représente ce budget par rapport à la résolution des problèmes identifiés sur le premier bateau ?

La plupart du temps, l'approche la plus pragmatique est de régler les problèmes identifiés sur le premier bateau.
L'exception est évidement le cas où le bateau se révèle être une vraie poubelle.
A moins de rechercher un modèle assez récent, il y a de fortes chances pour que le bateau suivant présente à peu près les mêmes problèmes.

Bien sûr, accepter les problèmes et les traiter signifie que l'on va passer un peu plus de temps à la préparation (ou à la remise en état). Mais l'avantage de cette approche est que l'on sait ce que l'on achète, et à quoi s'attendre.
On répare les choses à réparer, on remplace ce qui est à remplacer, et ce sont des points que l'on n'aura probablement plus à traiter par la suite.

Ceci est particulièrement vrai quand il s'agit du moteur ou du groupe électrogène.
Supposons un bateau de 10 ans, pour lequel le rapport d'expertise détermine que le moteur est à bout de souffle, et doit subir une grosse révision.

Est-ce que le prochain bateau sur votre liste ne risque pas de présenter le même symptôme ?
Ok, disons que le suivant ne crache pas des nuages de fumée bleue-noire, mais que l'horamètre n'a rien à envier au bateau n°1…Quel cas de figure offre la meilleure sécurité ? Le bateau dont vous pouvez supposer que le moteur vous réserve une petite surprise (de préférence en pleine mer, de nuit) ? Ou alors le bateau dont le moteur crache déjà ses dernières volutes, ce qui vous permettra d'en négocier le prix et/ou la révision?

Naturellement, cette façon de voir peut être assez abrupte, en raison des problèmes auxquels il vous faudra faire face d'emblée.
La question est : voulez-vous affronter les problèmes maintenant, ou devoir les résoudre plus tard ? Personne ne veut acheter un bateau qui a besoin de réparations, et transformer son rêve en projet de rénovation. Le fait est que, avec un bateau d'occasion, il y a un tas de choses pour lesquelles vous ne payez pas. Vous ne les payez pas, parce qu'elles n'y sont plus. Toutes ces choses, c'est maintenant à vous de les remettre en place.

Le problème est inévitable. La question est : quand voulez-vous y faire face et le résoudre ?

La meilleure façon de faire est de traiter le problème MAINTENANT.

De , expert maritime plaisance.

NB : Cet article est informatif, et ne constitue pas une prestation de conseil ni une expertise. Il vise à améliorer la compréhension du contexte nautique et maritme, et ne saurait en aucun cas se substituer à une expertise maritime, ou à l'intervention d'un professionnel. Les articles techniques sont à usage pédagogique et ne remplacent pas les instructions constructeur. Les opérations techniques ne doivent être entreprises que par des personnes compétentes.

Xavier Braive, expert maritime, soutient la SNSM


Welcome to Cross-Channel yachtmen !

we can deliver survey reports in english, in case of dammage or prior to buy / sell a boat in France (pre-purchase survey), and more specifically on the Normandy and Atlantic coasts.

Zone Méditerrannée

En partenariat avec le cabinet d'expertise IEM, nous proposons une couverture de la Côte d'Azur.
N'hésitez pas à contacter IEM en cliquant sur www.expert-maritime-cote-dazur.com

Uw onafhankelijk jachtexpert

verkrijkbaar op de Normandie kust, bij aankoop of reparatie van jachten (metaal, polyester of composiet). Rapporten in Nederlands

BRAIVE, Xavier
Xavier Braive
Expert Maritime
Quai de l'Estuaire
Mortagne-sur-Gironde, Charente-Maritime, 17120
France
06 71 50 20 17